Edging session

Maitresse Axelle consent à me recevoir un dimanche après midi maussade...et illumine ainsi cette journée pluvieuse... J'arrive, le coeur battant, dans son loft élégant de la rue de C... Elle m'ouvre, somptueuse, altière, et m'ordonne de me déshabiller et de me présenter nu, face à elle, les jambes écartées et la tête baissée, tous orifices entièrement disponibles pour elle... Elle s'approche de moi, effleure mon corps, mon sexe qui se raidit...et me demande de m'agenouiller comme une chienne. Elle m'observe un instant puis entreprend de m'attacher les bras aux jambes, caressant parfois ma queue excitée à qui elle permet parfois d'approcher son corps de rêve... Elle m'ordonne de me relever,

1ère soirée en club

Maitresse a invité une dominatrice suédoise assez atypique dans son genre. La curiosité faisant, je demande à Maitresse de rencontrer cette dominatrice. Deux dominatrices pour une grosse pute, une première pour moi. Pour mettre du piquant dans le jeu, Maitresse décide de m'emmener dans un club SM une première également pour moi. Tenue exigée : bas, culotte sexy, cage que je porte maintenant en permanence et plug. Le lieu de RDV est chez Maîtresse afin également de servir de taxi pour ses dames. Maitresse arrive très élégante robe moulante crème pailletée . Je me suis demandé si elle avait une culotte Maitresse Dragbart est arrivée dans une robe noire ample avec un grand chapeau et un voile.

Qui m'a dominé ?

Je suis rentré en me souvenant bien du mot d'ordre du jour (SILENCE). Vous m'avez alors ouvert dans une combinaison noire souple, près du corps vous recouvrant entièrement, ne permettant pas de vous voir, mais plutôt de vous voir comme une ombre devant moi. Je vois votre mot me disant que je connais le rituel. Je vais donc déposer vos honoraires sur la table basse que je vois garnie d'un nombre impressionnant de cordes. Puis, je me lave les mains et je reviens à côté de la porte pour me mettre nu. Je m'avance ensuite vers vous. Par des gestes vous m'intimez de me tenir devant vous et vous m'examinez puis vous me faites m'agenouiller. je me retrouve nu à quatre pattes, la tête entre vos pieds

Belladonna, un film expérimental pour originaux

Le roi et l’oiseau, le monde d’Arcadia, le flower power, les années 70, les images psychédéliques, la pudibonderie japonaise… Il faut aimer tout ça pour apprécier Belladonna ou être passionné de culture érotique, comme je le suis. Ce film d’animation japonaise de 1973 présenté comme l’ancêtre de l’hentaï est à l’antipode de Walt Disney puisque l’héroïne meurt à la fin et le méchant continue paisiblement à abuser des pauvres paysans, même si la révolution française annonce la fin de son règne. Le scénario s’inspire d’une histoire écrite par un certain Jules Michelet, « un historien français, libéral et anticlérical, considéré comme l'un des grands historiens du XIXᵉ siècle bien qu'aujourd'hu

Beverley, la dernière d’une espèce en voie d’extinction

Comme par hasard, le dernier cinéma porno de Paris a un nom de femme : Beverley, c’est sans dire qu’il faut en prendre soin. Je m’attendais au cliché qu’on a tous en tête : un endroit glauque, sale, rempli de bites à la main prêt à se jeter sur moi (oui, je sais, j’ai repris les paroles d’une chanson). Or que nenni ! La salle est propre et éclairée. Il est tenu par un passionné, le sympathique et bienveillant Maurice, qui a une collection de 300 bobines de films de cul et des tas d’anecdotes rigolotes à raconter. Là bas, tu peux tout faire : regarder le film ou ce qu’il se passe dans la salle (parfois, c’est peut être plus intéressant que le film projeté), baiser sur les fauteuils, entre les

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle

© 2020 par aXelle de Sade

CONTACT :

axelledesade@gmail.com (first contact)

+ 33 6 41 11 38 58 (only SMS - No call)