top of page
  • Velvet

Epopée de Velvet aux goûters du divin marquis - Episode 4



Chapitre III : Mesures et contre-mesures dans la démesure


La dure épreuve de la cage étant finie, aXelle de Sade m’accorde quelques instants de répit, le temps d’un rafraichissement récupéré au bar. Le temps pour aXelle de discuter avec des connaissances sur les derniers évents BDSM auxquels chacun/es avaient pu prendre part. Dans une telle situation, difficile de jouer autre chose que le sub docile et attentif à tout ce qui se dit, surtout que je ne peux toujours pas voir grand-chose avec mes lunettes embuées. J’arrive quand même à reconnaître quelques têtes connues du milieu BDSM pour les suivre sur twitter et/ou les avoir aussi comme followers. C’est alors que ma Maîtresse me présente Maya, un autre de ses

subs. Personnage fort sympathique, avenant et faisant ressortir plein de joie dans ses expressions. Pas très difficile de comprendre l’origine de son pseudo du fait de sa tenue jaune et noire, ces antennes et ses très remarquées et remarquables sandales de plage. Axelle remarquant que je tenais toujours à la main mon bouquet de roses pour Sasha Tengu s’exclama soudain « Velvet, avec votre bouquet et votre tenue, vous faites très damoiseau d’honneur de baptême et mariage… ! ». Décidément avec mon accoutrement de Minion je fus très à la fête pour cette première sortie en public. Ness Harper, Maîtresse de Maison, appareil photo à la main vint ensuite nous demander si quelques photos de notre duo pouvaient être prise dans l’après-midi tout en sachant que la discrétion serait garantie.

Mon répit ne fut finalement que de courte durée, ma Maîtresse ayant encore prévu de nombreux jeux. Elle me demande de lui emboiter le pas jusque sur la piste de danse, et de la barre de pole dance placée sous le feu des projecteurs. « Velvet, mettez-vous là et tenez-vous droit ».



Appuyé contre la barre, face au public, je me doutais à ce moment-là que j’allais une nouvelle fois, jouer la pièce maîtresse du show en préparation. D’un de ses sacs à accessoires, aXelle sortit deux jeux d’entraves en acier et chaines. Une paire finie à mes chevilles, l’autre posée aux poignets pour me contraindre à épouser la barre de pole dance et m’exposer directement aux regards inquisiteurs et amusés du public. Ma Maîtresse prit alors un malin à plaisir à présenter une nouvelle fois « sa chose, le trublion de twitter » tout en insistant à nouveau sur les particularités de mon déguisement avec lesquelles elle appréciait jouer « Flop….Flop... ».

Il ne fallut plus longtemps avant qu’elle ne prenne la décision de descendre mon caleçon aux chevilles et exhiber fièrement ma cage. Une sorte de baptême du feu pour moi. Je n’avais encore jamais été exhibé de la sorte face à une telle assemblée. Mon esprit était alors partagé par la double opposition des sentiments que l’on peut ressentir dans cette situation. D’un côté l’humiliation, et de l’autre la fierté d’avoir franchi une nouvelle étape dans mon parcours, et ce grâce à ma Maîtresse. La connaissant, le jeu ne pouvait s’en arrêter là. Nul doute qu’elle allait pousser le vice encore plus loin car même avec mes lunettes embuées, j’ai tout de suite compris en voyant les petites étincelles dans ses yeux, son incroyable sourire enjoué, et sa gestuelle toujours autant allègre. Autant d’indicateurs qui attestent que ma Maîtresse prend un réel plaisir à jouer avec son Minion et qui vous invitent encore plus à vivre le jeu intensément pour votre plaisir et surtout le sien.

De son sac, en est sorti un mètre ruban de couturière. Inutile de préciser qu’à cet instant précis, dans de telles conditions, votre jouet a plutôt tendance à prendre peur et se cacher que de se pavaner fièrement.



« Un diamètre de 3 cm, et une longueur de 6 cm…ce qui nous fait un volume de …. ». Mesures et calculs qui furent très vite apposés au stylo sur mon torse dégagé de sa résille pour l’occasion.

A l’énoncé de ces chiffres, toujours pas de quoi faire le fier et montrer une quelconque vigueur. Qui plus est quand, pour couronner le tout, vous voyez que votre Maîtresse toujours aussi gauche avec la technique (Buzzzzzzzzzzz : Pour les non initiés, je vous invite à aller lire mon CR de séance numéro 2, avant la fermeture du Terrier, on y découvre les joies du bricolage versus aXelle de Sade) demande de l’aide à son laquet Victor pour retirer la cage.

Une fois la cage ôtée, aXelle entreprit de nouvelles mesures et les retrocéda à très haute et intelligible voix pour donner quelques informations sur mes nouvelles conditions de vie (si l’on peut dire cela ).

« Diamètre 3,5 cm, longueur 9 cm…Quoi que cela ! Maitresse Ines, pouvez vous refaire une mesure pour moi… ! » . Maitresse Ines s’approcha alors de moi et mètre en main, confirma la mesure. Toutes deux s’exprimèrent alors spontanément pour lâcher à cœur joie « Taille médiocre ». Et voilà une nouvelle série de mesures apposées sur mon torse.

« Dites donc, Velvet, il va falloir relever tout cela et nous en montrer plus…. ». L’humiliation conditionnant l’esprit, l’esprit doutant, difficile de sortir de cette spirale infernale qui vous plonge encore au plus bas de la pulsion sexuelle. Une grande Maîtresse sait tout cela, comme elle sait aussi tout ce qui pourra vous remettre dans le droit chemin. Placée maintenant face à moi, je sens son corps qui se rapproche inexorablement du mien, pour finir se frotter à moi. Jouant de ses hanches, passant de gauche à droite, de devant à derrière, tout en me susurrant dans le creux de l’oreille des mots ciblés qui ne vous laissent jamais indifférent. Puis d’une main ferme enserrant mon chibre elle entreprit une délicate masturbation tout en retenue pour le réveiller en douceur. Sous le feu de tant de stimuli impossible de rester insensible sans toutefois pouvoir arriver à présenter le meilleur de moi-même sans un lâcher prise total.

« Diamètre 4cm, longueur 12 cm. Voilà qui est mieux mon cher Velvet, vous remontez dans mon estime ». Comment réagissait le public à la vue de ce nouveau ballet ? Toujours aucune réponse à donner, la nébuleuse étant de rigueur sous mes lunettes. Mais peu m’importait dans la mesure où ma Maitresse continuait à virevolter autour de moi tout en jouant savamment de ses mains et de son corps. Je ne sais plus par quel moyen, je me suis retrouvé à cet instant précis avec mes lunettes relevées, mais ce qui resta gravé dans ma mémoire c’est le DUO de regards qui commençait entre nous, le tout combiné avec de subtiles provocations charnelles. Des peaux qui se frôlent, des lèvres qui s’effleurent, des têtes qui s’enroulent…Harmonie et symbiose parfaites dans le jeu. Prémices d’un réel lâcher prise qui commence à vous envahir et vous projette dans un monde de plaisirs insoupçonnés. Pour le coup, je me rappelle bien à cet instant précis, apercevoir l’objectif de la photographe immortaliser la volupté de la scène…Il était temps car à peine quelques secondes plus tard, Axelle de Sade mettait un terme à la danse. Savoir délivrer de la frustration son sub quand il est sur le point de lâcher prise complètement fait également partie du jeu et c’est dans le savant dosage de ces alternances que l’on perçoit l’excellence de sa Maîtresse dans la Maîtrise de cet Art.


PS : le prochain épisode conduira Velvet dans les backrooms, en bien mauvaise posture pour rencontrer une amie dominatrice



Credit photo : Ness Harper pour les gouters du divin marquis

225 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page