Exhibé devant une trentaine de personnes


Samedi 7 aout, j’arrive chez Maîtresse aXelle, non pas pour quelques heures, mais pour passer une semaine chez elle. En effet, j’ai le grand honneur d’avoir été réquisitionné pour garder le donjon et les deux chats (Darwin et Dieu) pendant son absence.

Maîtresse aXelle me donne les consignes. Bien entendu je ne suis pas là pour me tourner les pouces, j’ai le droit à une « petite » liste de travaux à effectuer : nettoyage du four, du frigo, des miroirs, des murs…de quoi bien occuper ma semaine.


Le soir, je conduis Maîtresse aXelle à un rendez-vous, nous sommes près du théâtre érotique « Chochotte », afin de l’attendre, elle me propose, si je le souhaite, de passer la soirée dans ce théâtre qui est une « institution ». Je prends donc une place. Une heure du matin, retour au donjon.


Lundi après-midi, j’emmène Moiselle P et Maîtresse aXelle à une cinquantaine de kilomètres de Paris où elles vont passer la semaine pour un « stage » avec une cinquantaine de personnes : Maîtresses et joueurs.euses. Je monte les deux tentes, gonfle les matelas et installe les couchages. Avant de quitter Maîtresse aXelle pour rejoindre le donjon, celle-ci m’indique qu’elle à mis des jouets sur le meuble du donjon, et que je dois les essayer pendant ma semaine. Elle en attend des photos…je me disais bien que ma semaine n’allait pas être si tranquille que ça.


En rentrant, je me précipite au premier étage et, en effet, sur le meuble je trouve les objets suivants :

· Deux cages de chasteté : une en plastique et une en métal ;

· Parachutes à pointes (des vis pointues sont enfoncées dans le cuir de sorte qu’elles viennent piquer les testicules lorsque le parachute est porté et lesté) ;

· Une pince à testicules en bois : deux petites plaques en bois avec des écrous de chaque côté relié par une chainette, ce qui permet de pincer la base des testicules et d’accrocher des poids ;

· Un humbler ;

· Deux gros « ball stretcher ».

Chaque soirée je vais porter un de ces jouets et envoyer une photo à ma Maîtresse.




Jeudi soir. Je reçois un SMS : je dois aller les chercher ce vendredi. Par retour de message je demande à Maîtresse aXelle si elle a un souhait pour manger le lendemain. Quelques minutes après, la « sentence » tombe : je dois réaliser une charlotte au chocolat.

Vendredi matin : je cours pour faire les courses et le gâteau. En effet, il faut six heures pour le réaliser, car il y a deux fois trois heures au frigidaire et mon temps est restreint car je dois partir en milieu d’après-midi pour aller rechercher Maîtresse aXelle et Moiselle P. Je finis à temps, et par SMS, je reçois l’ordre de venir les chercher samedi à 1 heure du matin et de ne pas oublier le grand fouet rouge et noire.


Samedi 1 h ; J’appelle pour indiquer ma présence, la porte cochère s’ouvre, je rentre la voiture, la gare et va à la rencontre de Maîtresse aXelle. Elle m’ordonne d’aller démonter les tentes. Pendant le démontage, elle sort le fouet et commence à s’échauffer en me fouettant le dos.. Puis, elle arrête son « échauffement » pour aller discuter avec des joueurs.euses.

Fin du démontage et du rangement. J’en informe ma Maîtresse. Nous sommes, dans le petit bois qui jouxte la maison, elle m’ordonne de me mettre nu, le long d’un arbre. Je m’exécute. Puis elle prend son fouet et commence à me donner quelques coups bien placés. Le fouet claque, ma peau se zèbre de traits rouges. Le regard de Maîtresse aXelle, s’illumine…j’adore. Par ma gauche, je vois arriver une maîtresse qui viens observer le travail de ma Maîtresse. Puis elle demande si elle peut s’occuper de moi (elle à un martinet en cuir dans sa main) ? Comme elle se connaissent, elle a, bien entendu, l’autorisation. Elle s’occupe bien de moi, je reçois des coups sur les seins, les côtes et le dos. Puis, toujours sur ma gauche, deux autres femmes arrivent. Je comprends que ce sont également des maîtresses. Maîtresse aXelle demande si elles veulent également s’occuper de moi. Elles acceptent bien volontiers et demande si j’autorise les crachats. Maîtresse aXelle me le demande ; j’accepte. Elles s’approchent de moi, et j’ai le droit à quelques crachats sur le corps. Je trouve cela assez agréable. Puis, elles me demandent de me retourner , se placent de chaque côté de mes fesses et me donnent de bonne fessées et coup de poings. A la fin de cette séance, les trois maîtresses remercient la mienne de m’avoir prêté pour jouer. Je les remercie également.


Nous nous retrouvons à deux : Maîtresse aXelle et moi. Elle me demande si j’ai déjà essayé les orties. Je lui réponds que non. Elle me demande de la suivre. Nous nous dirigeons vers le champ d’orties en fond de jardin. Puis en cueillons une bonne touffe. Comme nous sommes à côté d’une chaise longue de jardin, elle m’ordonne de m’assoir dans celle-ci. Puis prend les orties et commence à me « caresser » avec. Chaque partie de mon corps est touché. Y compris le sexe. On dirait que l’on m’enfonce de petites aiguilles un peu partout. C’est à la fois douloureux, mais aussi très excitant ; surtout quand c’est fait par Maîtresse aXelle qui, a priori, y prend également beaucoup de plaisir. Drôle de sensations. La séance prend fin. Après avoir fait le tour des « stagiaires » pour dire un en revoir, nous repartons au donjon.


Après le lever, Moiselle P, s’aperçoit qu’elle a oublié son téléphone au stage. Je dois donc y retourner. Juste avant de partir, elles me donnent une enveloppe avec ordre de la donner à un organisateur et de ne partir que quand il l’aura lu. Il faut également que je ramène quelques orties.

J’arrive au « stage » et me dirige vers l’arrière de la maison où tout une foule s’amuse dans et autour de la piscine, puis je donne la lettre à un « orga ». Pendant la lecture de celle-ci, je file cueillir les fameuses orties. En revenant, je me dirige vers « l’orga », qui m’annonce que je dois montrer les piercings que j’ai au sexe (j’en ai trois au gland et sept le long de mon scrotum). Puis, il appelle à la cantonade quelques personnes, qui s’empressent de venir voir le spectacle. Me voila donc, pantalon et slip baissé, avec une dizaine de personnes autour de moi en train d’admirer mes piercings. J’ai même une personne qui demande l’autorisation de toucher. J’accepte. Puis « l’orga » me demande de m’approcher de la piscine, appelle du monde et rebelotte pour le spectacle. On me pose des questions : est-ce que ça fait mal, combien de temps cela met pour guérir…Ils sont admiratifs et ainsi me font très plaisir. Merci Maîtresse aXelle et Moiselle P. Retour au donjon…avec le téléphone et les orties.


Samedi soir et dimanche en fin d’après-midi, j’accompagne Maîtresse aXelle pour diner et au cinéma. C’est un véritable honneur et j’y prends beaucoup de plaisir.

De retour, chez Maîtresse aXelle, elle me demande de me déshabiller, de monter au donjon et de me mettre sur la table de gynécologie. Elle va chercher les orties qui ont été stockée dans l’évier avec de l’eau et me rejoint. Puis, me « caresse » le corps avec. Elle me demande si ça pique. Je lui réponds un peu, mais les fraiches sont beaucoup plus puissantes. Elle essaie entre les doigts de pieds. Hmmm, non , ça ne me pique pas à cet endroit. Elle essaie d’autres parties. Pour finir, elle me précise, avec un petit sourire, qu’elle va tenter une « expérience ». Elle va chercher son vibromasseur de type « wand », l’allume, place une feuille d’ortie sur mon gland et pose la boule vibrante du wand sur celle-ci. La sensation de brulure et la vibration me comble de bonheur ; et au bout de quelques minutes, je demande la spermission. Accordée ! Je jouis.

Après le nettoyage et la douche. Nous partons nous coucher. Demain je rentre à la maison.

Merci Maîtresse aXelle.


COMMENTAIRE D'AXELLE DE SADE :


Samois est un soumis exceptionnel, c'est pour cela qu'il est devenu mon majordome officiel. Pendant mon "stage" (il s'agit en fait d'un évènement Sexpo réunissant une cinquantaine de personnes), il a été très présent en creux. En effet, beaucoup m'ont interrogés sur la relation que je pouvais avoir avec cet homme qui était venu installer mon barda. Lorsque j'expliquais que j'avais un majordome dans le cadre d'une relation SM, cela a suscité beaucoup d'interrogations et d'envies. A son retour, pour ranger mon barda, les personnes présentes ont observé notre manège avec intérêt. Lorsqu'il a du revenir pour chercher le téléphone, Moiselle P et moi avons regretté de ne pas être des petites souris pour observer la scène que nous avions concoctée : Nous savions que Samois allait adorer exhiber sa quincaillerie (c'est le nom que je donne à ses piercings génitaux), le soupçonnant même d'avoir une semi érection devant tant de spectateurs.


Dernièrement, c'est encore Samois qui est venu garder mes chats pendant mon séjour à Rome. Lorsque je suis rentrée, ma maison a été briquée et réparée. Bref, Samois est exceptionnel et je me réjouis d'avoir répondu favorablement à son fantasme de majordome.

604 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout