• Samois

Majordome de sa soirée d'anniversaire

Mardi 17 février, 21h40, mon téléphone vibre, je viens de recevoir un mail de Maitresse aXelle. Comme je lui ai envoyé quelques jours auparavant un travail de reformatage sur son document « liste des possibles », je m’attends à avoir quelques corrections à réaliser.

Je lis son mail et deviens fou de joie : Maîtresse aXelle me demande si je suis disponible pour assurer le service lors de la soirée SM qu’elle organise le 6 mars pour son anniversaire. Il faut dire que cela fait partie du fantasme/scénario que j’ai exprimé lors de la complétion de la liste des possibles : être entièrement à son service lors d’une réception organisée par elle. Sans hésiter, je réponds oui. Cela sera pour moi ma première soirée SM et comme mon anniversaire est le 3 mars, cela me fait un magnifique cadeau.

Quelques jours après je reçois un autre mail : je suis convoqué le 6 mars à 14h30, jusqu’au lendemain. Il est précisé que je vais dormir dans la cage, que je dois trouver une tenue adéquate afin d’assurer mon office et que bien sûr, comme c’est son anniversaire, elle attend un très beau cadeau.

Un ordre est un ordre. Je m’exécute.

Le cadeau : vive la « wishlist », mais j’en rajoute un qui m’est personnel…J’espère de tout mon cœur que cela lui plaira.

La tenue : là c’était plutôt corsé. J’avoue avoir passé plusieurs heures sur Internet. Pour finir, je me rends dans une célèbre boutique BDSM à Paris, où j’essaie plusieurs tenues. Je choisi un kilt simili cuir, une chemise voile de chez Jayden, un dessous en cuir et une chaine avec anneaux de soumis en pendentif.

J-1 : je me prépare : à la suite d’une remarque cinglante et totalement justifiée sur l’état de mes pieds et mains de la part de Maîtresse aXelle lors de ma première rencontre, je passe à la manucure des mains et des pieds ; puis à l’épilation totale.


Le jour tant attendu est arrivé : direction le trois-mâts.

Arrivée devant le donjon, je téléphone à Maîtresse aXelle. Elle vient m’ouvrir, nous rentrons. Comme il se doit à un soumis, je lui rends mes hommages et donne mes cadeaux. Puis elle me demande de la suivre dans la cuisine.

Je suis présenté à deux amies de Maîtresse aXelle, ce sont aussi des Maîtresses et elles seront mes référentes pendant la soirée. Je suis très intimidé et en même temps très heureux d’avoir des personnes qui vont me guider pour cette première. J’apprends également mon « titre » : je suis majordome.

Maîtresse aXelle me demande d’aller revêtir ma tenue. Aussitôt dit, aussitôt fait. Je monte dans la mezzanine, revêt mon kilt, ma chemise, mon collier et mon slip de cuir. En redescendant, je suis bien entendu inspecté par mes référentes. Elles ont l’air contentes de ma présentation. Cela me fait chaud au cœur. Maîtresse aXelle, leur parle de mes « décorations » au sexe : me voilà donc à peine arrivé en train de baisser mon slip (toujours en cuir) et montrer ma nudité à 3 Maîtresses. Cela me met tout suite dans le bain. Maîtresse Axelle et mes référentes rentrent dans une discussion sur faut-il ou non me mettre un collier ? Pour finir, j’ai le droit au collier.

L’inspection finie, je dois prendre mon rôle de majordome au plus vite : préparation des plats, réception des victuailles et boissons que chaque invité.e ramène, vaisselle, rangement, service des boissons, passage des plats, satisfaire aux demandes des invité.e.s…Il y a beaucoup de travail, mais je sais que c’est un poste important d’une soirée. Je vais tout faire pour que Maîtresse aXelle et mes référentes soient fière de leur « soumis-majordome ».


Les invité.e.s arrivent, ils/elles passent tous.tes par la cuisine pour m’apporter de la nourriture et des boissons (c’est une « tradition »). Comme ils/elles sont en tenues de ville, ils/elles montent sur la mezzanine pour se changer. C’est avec bonheur et délectation que nous assistons à leur changement pour passer en « mode » SM. Encouragé par quelques Maîtresses nous avons même le droit à quelques petits stripteases. Les tenues sont superbes, certaines flamboyantes, d’autres en cuir noir, d’autres joues sur les transparences de voiles noires ou de broderie. Maîtresse aXelle apparait dans une superbe robe longue de couleur ivoire.

Je continue mon service. Maîtresse aXelle vient me chercher : « on va faire quelques photos » me dit-elle. Elle me traine par mon collier dans la grande salle du donjon, où m’attend son photographe : Christian Mamoun. Moi qui d’habitude n’aime pas être photographié, je vais être servi. Maîtresse aXelle me demande d’enlever mon slip (toujours en cuir) et m’installe sur une sorte de chaise qui oblige ouvrir son entre-jambe. Puis elle écarte les pans de mon kilt pour bien voir mon sexe. Je prends la pose et le photographe fait son œuvre…Je me surprend à aimer ça. Décidement cet anniversaire me réserve bien des surprises. Puis me voilà entrainé vers le hall d’entrée. On « m’arrache » mes vêtements et je finis nu, debout, dans la position du soumis devant tous.tes les invité.e.s pour une deuxième série de photographies et même une vidéo. Fin de la récréation, retour à mon travail de majordome.

Pendant que je dessers les tables, sers les boissons, fait la vaisselle, je peux entrevoir de magnifiques scènes : dans la grande salle, une femme nue un garçon derrière elle. Ils semblent s’enlacer tendrement. Je la vois de profil, mon regard parcours rapidement leurs corps ; je peux entrevoir qu’elle n’est pas épilée car un très beaux « buisson » apparait. Je trouve ça extrêmement beau. Je retourne rapidement dans la cuisine, et là, assis sur le banc, deux Maîtresses s’embrassent, leurs mains parcourent leurs corps. C’est extrêmement sensuel. Je suis un peu gêné car je dois faire la vaisselle et je ne veux pas les déranger ; mais, elles ne font même pas attention à moi. Je finis par ne plus faire attention et continue mon travail avec attention.

Maîtresse aXelle vient me chercher. D’un air très malicieux, elle me trouve une faute (je ne sais plus laquelle mais faites confiance à son imagination) et me dit qu’on doit me punir pour cela. Je me retrouve dans l’entrée, sous le balcon, les mains attachées en l’air et bien entendu nu. Ma « punition » va commencer. Pendant quinze, trente, quarante-cinq, soixante minutes, je ne sais plus car je vais perdre la notion du temps, je vais me faire fouetter par les amies de Maîtresse aXelle et mes référentes. Chaque Maîtresse a un style différent, chacune maitrise son art. Je suis très heureux parce qu’elles prennent plaisir à m’utiliser comme jouet.

A la fin de cette première séance, Maîtresse aXelle, me soigne en passant sur les traces des coups, du gel hydroalcoolique. Je ressens en même temps la douce chaleur de ses mains avec le picotement de l’alcool. J’adore. On me détache, je repars vers la cuisine pour continuer mes taches et je passe à côté d’un « Maître Shibari » qui est en train de préparer ses cordes. Après avoir fait la vaisselle et rangé la cuisine, je reviens dans la grande salle. Le « Maître Shibari » est en train de suspendre une personne. Je ressens immédiatement l’interconnexion qui existe entre ces deux personnes. J’avais déjà vu cela dans des films sur internet, mais de le voir en réel est une toute autre chose. C’est très beau.

A un autre coin de la salle, je vois « Maya », un soumis. Je me rappelle bien son « nom » car au début de la soirée il était habillé en Maya l’abeille. Celui-ci est en train de « subir » un joli fisting de la part de sa Maîtresse. Je retourne dans la cuisine et j’entends un cri suivi d’applaudissements. « Maya » vient de jouir.

Je ne ma laisse pas distraire, il y a du travail. Maîtresse aXelle vient vers moi, un petit sourire aux lèvres. Devinez-quoi ? Je dois être puni ! Je souris. Cette fois si, c’est une de mes référentes qui va s’occuper de moi. Elle sort un fouet long et fin. J’entends ma Maîtresse me dire que c’est la plus grande dans son domaine. Je vais le constater. Les coups sont précis. Le bout de fouet atteint mon corps là où elle veut. Chaque partie de celui-ci est touché. Elle tourne autour de moi. Le fouet claque. Elle touche le bout de mon gland une fois, deux fois, trois fois. Les coups sont maitrisés. Je suis détaché. Je regarde mon sexe. J’ai trois petits points rouges bien alignés. Fantastique.


Je retourne à la cuisine. La soirée passe. On discute, on papote, on boit, on mange. Je lave, je range. Par ci, par là quelques Dominas s’occupe de leur soumi.se.s. Je retourne dans le grand salon, et là, la scène est magnifique : je vois Maîtresse aXelle, nue, assise à califourchon sur la cage qui a été déplacée dans le hall d’entrée. Elle est parée d’une ceinture gode et est en train de sodomiser avec des gestes lents un soumis. Derrière celui-ci une autre Maîtresse les soutient. Dans l’ombre, la peau blanche et les longues jambes de Maîtresse aXelle ressortent. J’en suis hypnotisé. Au bout d’un petit moment, Maîtresse redescend, et passe le flambeau à une autre femme. Fin de la récréation pour moi. La soirée continue. Je repars au travail.

Je ne dois vraiment pas être « sage »…une nouvelle punition va m’être infligé. On me réattache au balcon les bras en l’air. Cette fois c’est Maîtresse aXelle qui va me punir. Elle se met devant moi et s’aperçoit que J’ai une érection. Elle me dit : « je vois qu’on est un peu énervé ». Aussitôt elle se colle à moi et m’écarte brusquement les jambes avec son genou. Puis j’ai le droit à quelques coups de genou bien placé, histoire de me calmer. A la fin de ma punition, j’ai le droit de m’abandonner sur l’épaule de ma Maîtresse. Elle ondule sur moi, je sens ses formes, son parfum, son souffle sur mes lèvres, l’odeur enivrante des ses aisselles. Je suis en extase.

Retour au travail. En me dirigeant vers la cuisine, j’aperçois sur ma gauche un soumis allongé par terre. Entre ses cuisses une Maîtresse affublée d’une ceinture-gode est en train de s’amuser en lui faisant une sodomie. Le soumis adore : il a une très belle érection. Et sur ma droite, deux filles sont en train d’être suspendue par deux Maîtres Shibari. Toutes les deux ont leurs yeux clos de bonheur. Ça donne envie !

Quelques minutes plus tard, je vois arriver vers moi, Maîtresse Cassandre, la comparse de Maîtresse aXelle dans le Tournoi des Valets. Elle a son chemisier blanc à la main, il est rempli de traces de rouge à lèvre, comme c’est l’une de mes référentes ; elle me donne l’ordre d’aller laver ce beau chemisier à la main, car cette pièce est fragile. Je pars à la salle de bain et passe un bon trente minutes à le laver au savon. C’est très dur, car je ne peux pas frotter trop fort. Je pense en avoir fini et je le mets à sécher.

Un peu plus tard, Maîtresse aXelle me prête de nouveau pour qu’une autre de ses amies puisse s’amuser. C’est la Maîtresse de Maya. Cette fois-ci j’ai le droit au prie-Dieu sur lequel je dois me mettre à genou, le dos bien arrondi et la plante des pieds en l’air. Celui-ci est installé devant le canapé et au plus près des invités. Elle choisit un martinet à large bandes de cuir. C’est partie pour une bonne séance. Les coups tombent. Parfois caressant, parfois plus durement, voir beaucoup plus durement. Dos, cuisses, ventre. Tout y passe. A la fin de la séance, la Maîtresse finie en sueur et moi heureux. Elle me remercie. Non, merci à elle.


Les invité.e.s partent doucement ou vont dormir. Nous restons à quatre ou cinq autour de la table de la cuisine à papoter autour de pizzas que l’on a fait réchauffer.

Cinq heures du matin ; le temps passe vite. Nous partons nous coucher sur de grands matelas gonflables disposer dans la grande pièce.


Trois heures plus tard, je me lève. Je prends le café avec deux Maîtres Shibari. Je leurs pose des questions sur leur art. Ils ont la gentillesse de me répondre. Je commence à comprendre toute la « substantifique moelle » du Shibari. Nous sommes rejoints par Maîtresse aXelle et des invité.e.s. Je reprends mon service de majordome pour préparer le petit déjeuner.

Nous passons le reste de la matinée à nettoyer le donjon des trois-mâts (et il est grand).

Après une sieste de quarante minutes imposées par Maîtresse aXelle (elle prend toujours grand soin de ses soumis), j’ai la chance de l’emmener faire une course en voiture. Puis je la ramène chez elle et reprends la route pour rentrer chez-moi.


Sur la route, je repense à ce week-end magique. Je repense à tout ce que j’ai vécu et surtout à toutes les personnes rencontrées : Maîtresse, Maîtres, soumises et soumis. Ils ont tous et toutes des caractéristiques communes : leur passion pour le SM et leur ouverture d’esprit. Jamais je n’oublierai.


COMMENTAIRE D'AXELLE DE SADE


Avant cette soirée, je n'avais rencontré qu'une seule fois Samois en rdv. Celui-ci m'avait forte impression : son comportement était irréprochable. Docile à souhait et sachant bien se tenir, la lecture de ses fantasmes m'avait convaincu qu'il serait parfait dans le rôle de majordome à pourvoir pour ma soirée privée d'anniversaire privée. J'ai convié une trentaine d'ami.es à venir faire la fête au Trois-mâts de 15H jusqu'au bout de la nuit. J'ai adoré ce moment hors du temps où nous avons oublié la morosité ambiante. Samois a magnifiquement bien tenu son rôle. C'est un soumis hors pair.


476 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout