September 23, 2019

Please reload

Posts Récents

SubSpace, le jeu SM qui matérialise vos fantasmes

September 21, 2017

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Confession d'un brat trop bavard ...

November 20, 2018

 

 

Fasciné depuis longtemps par les dames en noir, je me suis toujours dit qu’un jour j’en croiserai le chemin pour vivre d’intenses moments de lâcher prise et d'abandon total au rythme de cravaches, badines et autres fouets. Beaucoup de journées, semaines, mois, années passées à arpenter la toile en quête de la Maîtresse, celle qui saura m’envouter et faire de moi son soumis.

 

Premières expériences avec couples libertins, puis Maîtresses….premières mises en bouches et sensations fortes. Intéressant, grisant mais pas cette sensation d’appartenance totale et de lâcher prise tel que je le ressentais en moi. Beaucoup d’errance sur la toile à chercher la Maîtresse Domina de mes fantasmes sans succès jusqu’au jour où Axelle de Sade est apparue à moi. Quelques minutes à parcourir son site et me voilà déjà transporté dans une fantasmagorie infernale, et une unique pensée frénétique « c’est elle »…

 

Dès lors commence un duel intérieur entre la peur de prendre contact et se voir éconduit, et un désir incessant de se soumettre totalement à cette dame en noir qui vous fascine. N’ayant jamais reculé et toujours repoussé mes limites, j’ai finalement osé le premier contact par mail…Etant dans un tel état de stress et d’anxiété, le simple « clic » sur envoyer suffisait déjà à me sentir dépendant de Maîtresse Axelle, sans pour autant l’avoir jamais rencontrée. Sensation stressante mais au combien excitante. Les montées d’adrénaline se faisaient plus fréquentes, plus intenses, plus grisantes à chaque ouverture de la messagerie en quête d’une réponse jusqu’au jour où…la délivrance….une réponse avec en entête AXdS, et quelques lignes vous donnant le droit de vous présenter à elle. Mais pour cela, une première exigence à laquelle il est impossible de se dérober… « la liste des possibles » qui va me mettre à nu, m’obligeant à me dévoiler dans les moindres détails intimes, mes préférences et déviances sexuelles. Bien évidemment, je pouvais ne pas jouer totalement le jeu et me montrer fourbe, mais tel n’était point mon intention. Plusieurs nuitées alors à lire, relire et compléter cette liste avec de perpétuelles interrogations et quelques doutes…Serai-je capable d’un abandon total, pourrai-je supporter de telles pratiques inconnues, jusqu’à quel point accepterai-je de me soumettre à ses désirs les plus improbables jusqu’à n’être qu’un objet sexuel potentiellement exhibé et partageable ?

 

Quelques semaines passent, la liste est enfin prête…Un doute subsiste bien mais une pulsion intérieure puissante m’envahit chaque jour un peu plus jusqu’au jour où la sensation est tellement bonne qu’elle me pousse à franchir une nouvelle fois la barrière…En un simple clic, me voilà dorénavant entièrement dévoilé à Maîtresse Axelle. Va-t-elle recevoir mon message ? Comment va-t-elle réagir ? Et si elle faisait fi de ma liste me trouvant insipide à ses yeux ? Dur pour un futur soumis de se sentir autant à la merci de l’appréciation d’une Dame en noir dont la seule lecture de quelques lignes d’un regard avisé peut suffire à vous réduire à un simple kleenex.

De nouvelles longues heures d’attente s’en suivirent à scruter en permanence ma messagerie et toujours cette oppression intérieure tellement grisante et incessante. Quand enfin une réponse se fait voir.

 

« Cher Velvet, sauvé par votre pseudo, j’ai pris la peine de lire votre liste des possibles. Impressionnante et intrigante. Vous voudrez bien vous présenter à moi. Vous êtes convoqués  vendredi 16h30. Hédonistement. aXdS »

 

Soulagement général de se savoir à la hauteur de sa Maîtresse et d’avoir franchi la première épreuve sur le fil du rasoir, et nouvelle excitation oppressante. Le rendez vous est maintenant fixé, aucune marche arrière n’est plus possible. S’en suit alors des lectures frénétiques de tous les testimony postés sur le site d’aXdS pour m’imprégner des ambiances, interdits, règles…auxquels je devrai faire face et respecter pour ne pas prendre le risque de décevoir. Dès lors les flashes s’enchainent, je suis  déjà transporté dans son antre « le terrier » sans pour autant y avoir jamais mis les pieds. Impossible d’échapper à ma fantasmagorie…jusqu’au jour J, l’heure H…mon cerveau bouillonne et je me sens déjà sous l’emprise de Maîtresse Axelle.

 

Vendredi 16h30, je me présente à l’adresse indiquée. Mes palpitations sont toujours présentes. Je sonne et une voix à la fois douce et ferme me donne le chemin du Terrier. Déjà charmé par cette voix envoutante je m’en mélange les neurones et finis par me tromper de direction. Je suis tout de suite rappelé à l’ordre pour arriver enfin devant la porte. Cela commence mal…Une ombre se profile derrière et une voix m’invite à pénétrer.

 

Sitôt entré, il m’est ordonné de descendre l’escalier en colimaçon métallique. J’ai l’impression de descendre vers des profondeurs ténébreuses. La pénombre et une musique d’ambiance vous transportent directement dans une atmosphère démoniaque dont je ne mesure la réelle ampleur qu’une fois le rideau levé. Tout ce que j’avais pu avoir en flashs passe de mon imaginaire au réel. Croix de Saint André, pilori, prieuré, chaises gynécologiques, chaînes, masques à gaz,…bref autant d’objets que j’avais pu imaginer et auxquels je ne pourrai plus échapper maintenant si tel est le désir de Maîtresse Axelle.

 

Et votre Maîtresse me direz vous ? et bien, elle est là face à moi. Aveuglé par quelques projecteurs, je découvre tout de même une grande silhouette noire. La perfection de la veuve Noire. Des courbes délicieuses parfaitement mises en valeur par une combinaison intégrale noire, des bottines à talons hauts et un corset des plus envoutants. A peine le temps de profiter de ce spectacle, remettre quelques friandises chocolatées à Maîtresse Axelle, que je reçois mes premières injonctions.

 

« Cher Velvet, mettez vous à nu et présentez vous à moi dans une posture qui me donne envie ».

 

Il n’est plus le temps de l’hésitation, je me dois d’être à la hauteur et m’exécute ni une ni deux. A peine une minute s’écoule, et me voilà dans la plus réduite des tenues d’Adam, bras croisés dans le dos et regard droit fixé sur ma Maîtresse.

 

« Bien Velvet, j’apprécie. Vous savez pour l’instant me séduire. Surtout ne me perdez pas des yeux je veux pouvoir profiter de tout votre ressenti au moindre instant. »

Maintenant postée à quelques centimètres de moi, je découvre enfin son visage et son regard diabolique. Yeux à la fois perçant mais aussi charmeurs…

 

Telle la veuve noire qui tisse sa toile pour mieux s’enquérir de sa proie, Maîtresse Axelle me saisit alors par les couilles et me traîne au milieu de la pièce. Là tout en prenant le soin de me découvrir au plus près par quelques effleurements de ses mains, de son corps, de sa bouche, Maîtresse Axelle me rappelle les règles de sécurité et différents codes à respecter. Sachant que la règle numéro un, à laquelle il est interdit de déroger reste

« Velvet, vous n’aurez droit de vous répandre qu’après m’en avoir demandé l’autorisation et obtenu mon accord. Rappelez vous bien de cela ».

Viennent ensuite quelques rappels élémentaires sur le monde DS et le BDSM.

« Velvet, j’espère que vous savez que c’est un état d’esprit qui doit vous transporter vers des horizons de plaisirs intenses. Vous devez savoir vous lâcher et partager cela avec votre Maîtresse. Autrement dit, j’attends de vous que vous ne soyez pas « patrick, l’étoile de mer ». Sachez vous exprimez, surprenez moi ».

 

Paradoxalement quand je reçois ces quelques ordres, je ne me trouve pas face à une Maîtresse au regard sombre et directif, mais plus à celui d’une complice au sourire joueur, enjoleur, narquoix….Je me prends au jeu et tel un rebelle me surprends à défier quelque peu ce sourire. (Intérieurement, je me dis « si elle savait »).

 

Les choses sérieuses débutent enfin. Me voilà les poings liés accrochés à la croix de Saint André. Une première pour moi….et quelle agréable sensation que de se présenter à sa Maîtresse ainsi. Mais l’agréable sensation laisse vite place à un sentiment de gêne puis de honte lorsque Maîtresse Axelle m’annonce vouloir s’enquérir de mon état de propreté intime….Une main sur la hampe de mon chibre, tandis que l’autre s’affaire à décalotter mon gland. Elle passe délicatement son doigt dessus et le porte à son nez…Ouf, j’avais fait le nécessaire et je m’en trouve félicité. J’étais bien lisse et surtout propre. Elle m’invite alors à lécher ce doigt goulument en récompence. Après m’avoir écarté les jambes avec fermeté, me tenant le cou d’une main, elle passe sa main dans mon entrejambe, puis vient titiller mon œillet avec un doigt. Une fois son doigt porté à la hauteur de son nez, elle fait savoir sa contrariété au travers d’un regard interrogateur et quelques mots.

« Que dois je en conclure ? ».

Inutile de me défausser. Je dois faire profil bas et reconnaitre ne pas avoir pu faire le lavement qu’il se doit et que le parfum appliqué quelques minutes auparavant ne suffit pas à faire bonne figure.

« la prochaine fois, je tiens à ce que cette erreur ne se renouvelle pas, sinon je me verrai dans l’obligation de vous le prodiguer moi-même ».

 

Pour me punir, quelques coups de fouets retentissent dans les airs puis sur mon corps et parties intimes. Maîtresse Axelle en profite pour me faire découvrir sa belle panoplie de fouets….du plus tendre au plus rêche. D’abord softs, les coups deviennent vite plus appuyés et me font lâcher quelques râles de plaisir et de douleur. Un jeu de regards a commencé entre nous…regards subtils et malicieux qui laissent entrevoir une certaine défiance réciproque. Le temps de la cravache arrive. Elle m’est présentée pour venir rapidement caresser et claquer mes seins, mon sexe et enfin mes couilles. La douleur croit comme mon plaisir. Quelques injures et crachats viennent compléter le tableau avant que Maîtresse Axelle vienne m’annoncer

« Alors cher Velvet, il semblerait que vous ne connaissiez pas le EDGING, cela tombe bien on va voir comment vous allez vous comporter durant les minutes qui suivent »

 

Elle me présente alors son magic wand en me rappelant que s’il est déjà très efficace pour le plaisir d’une femme il est encore plus redoutable chez un homme. En moins de temps qu’il ne faut pour imaginer ce que cela peut être, voilà l’objet du supplice en action sur mon sexe…d’abord une vibration légère qui procure de bonnes sensations puis une vibration appuyée qui vous transporte au-delà du réel…véritable supplice qui combiné à des morsures des seins et un doigté rectal devient vite insoutenable. Ma respiration haletante en dit long sur mon état de transe et pourtant je résiste et continue à défier du regard Maîtresse Axelle...A ma grande surprise, elle stoppe…Heurseusement pour moi, car quelques secondes de plus et j’aurai failli sans avoir pu demander l’autorisation….Intérieurement je me sentais fier….hihihihihi….

 

Devant une telle résistance je devais être mis à l’épreuve. Détaché de la croix, il me fut alors ordonné de me présenter face au pilori jambes bien écartées et fessier redressé. Maîtresse Axelle m’annonce vouloir me corriger en m’initiant au vrai plaisir anal. Ni une ni deux, après l’application d’une bonne quantité de gel lubrifiant voilà un doigt qui tournoie en moi. C’est bon et n’ose laisser trop transparaitre ce plaisir. Impossible pour ma Maîtresse d’en rester là. L’introspection va se faire de plus en plus grosse et profonde. Mais pour cela, je ne dois point savoir quel sort va m’être réservé. Les yeux bandés, je me retrouve en moins de cinq minutes sur la table gynécologique, les bras attachés en arrière, les jambes sanglées et remontées vers mes épaules pour présenter mon orifice et bien l’ouvrir. Quelques bruits sur la table à proximité me laissent penser que Maîtresse Axelle prépare le matériel qui va bientôt venir me dépuceler. Je sens alors une grande quantité de lubrifiant froid se répandre sur mon sexe puis être ramené sur mon cul par des mains fermes….quelles délicieuses sensations…exquis, divin…je suis réellement transporté dans un monde de plaisir.

 

Sans que je n’y prenne garde, me voilà avec un premier gode fin et long en moi. Il tournoie de plus en plus vite….je me prends à en demander plus même si cela n’est pas d’usage pour un soumis de quémander. Maîtresse Axelle enfourche alors la table et vient se positionner au plus près de moi pour me gratifier d’une longue pénétration avec son gode ceinture…Je suis frustré de ne point profiter du spectacle…Elle alterne coups de reins et caresses du chibre pour toujours plus m’exciter.

 

Ne semblant toujours pas en clin à m’avouer vaincu, Maîtresse Axelle de Sade me détache et m’ordonne de me positionner en levrette sur la table, de bien écarter mes cuisses pour laisser place à la fucking machine. Là je vais certainement moins rigoler. Une nouvelle dose conséquente de gel apposée et voilà la fucking machine en action. D’abord lentement, et sans même le temps de me laisser respirer quelques secondes, Maîtresse Axelle tourne le variateur…sans jamais plus s’arrêter. Il est maintenant à fond et je me fais littéralement défoncer comme une petite chienne, et elle ne manque pas de me le faire savoir.

«Alors Velvet, on rigole moins. Je veux que vous le supportiez une minute…allez y compter »

Je ne m’attendais vraiment pas à cela…et voilà que je commence à compter….1,2,3,….je sens de plus en plus ce sexe s’agiter en moi. Mes parois sont défoncées et pendant ce décompte, Maîtresse Axelle prend un malin plaisir à me rabaisser. Si au début le décompte était régulier, avec les secondes qui passent je deviens de plus en plus hésitant mais résiste jusqu’au bout, sans jamais lâcher le code. Toujours en levrette, le gode en moi, je suis alors pris d’une sensation d’épuisement….quelle épreuve je viens encore de franchir…je me surprends moi-même…et je pense même que Maitresse Axelle est surprise…petite fierté pour moi…

 

Ma résistance et mon insolence émoustillent un peu Maîtresse Axelle qui décide de ne pas en rester là et passer à des choses encore plus éprouvantes. Elle m’ordonne de me mettre à genoux sur la table, me tenir droit bras croisés en arrière. Me voilà de nouveau bras attachés dans le dos en appui sur les genoux à faire l’équilibriste sur la table gynécologique. Maîtresse Axelle se met alors face à moi et d’un regard presque sévère commence à me pincer les tétons. J’ai toujours adoré cela et cela n’était donc pas pour me déplaire. Mais me voyant toujours avec un petit sourire aux lèvres, ses pressions furent plus appuyées. La douleur était de plus en plus intense et je commençais à me tordre de douleur. Mais tel un combattant sur le champ de bataille face à l’adversité je restais droit, toujours à me relever malgré la souffrance. J’avais décidé de ne pas me laisser aller à sortir le safe code. Nous étions entrés dans de véritables joutes démoniaques où les croisés de regard toujours plus provocateurs marquaient le tempo. La veuve Noire enchaina alors avec l’estocade finale….et ses redoutables morsures….j’étais en trance, littéralement épuisé, mais toujours debout. Vinrent les pinces chinoises reliées au plafond pour encore plus me solliciter et rendre plus douloureux tout mouvement de ma part pour fuir la douleur. Il en fut de même pour mon sexe dressé très vite ficelé pour rendre douloureuse toute érection…mais même dans ces conditions et avec un magic wand de nouveau à l’œuvre sur le frein de mon chibre, je suis resté debout….

 

Il n’en fallut pas plus pour que Maîtresse Axelle change alors radicalement de stratégie. Ce n’est pas pour rien que je lui ai attribué inconsciemment le pseudo de Veuve Noire….

 

« Cher Velvet, puisque vous avez décidé de jouer à ce jeu avec moi, vous allez partir frustré, je vous interdis de jouir, et pour la peine vous allez devoir me regarder prendre mon propre plaisir. Mettez vous à terre, pluguez vous avec celui que vous n’avez pu accepter tout à l’heure, prosternez vous et regardez moi ».

 

Agenouillé sur le sol glacé, mains attachées dans le dos, je réussis finalement à m’introduire ce gode de taille plus que raisonnable laissé à proximité. La douleur est intense, mais le plaisir reste grand. Je me résigne à la regarder. Maîtresse Axelle commence par retirer son corset et ouvrir sa combinaison laissant apparaître à ma vue une poitrine bien rebondie et une vulve épilée des plus délicieuse….quel supplice de me retrouver ainsi face à elle. Elle entame un jeu de mains sur son sexe, qui ne tarde pas à lui faire monter des spasmes intérieurs. La scène décuple mes instincts primaires de mâle, et malgré la position inconfortable j’arrive quand même à me masturber. Je viens de transgresser les ordres et pourtant rien ne se passe. Maîtresse Axelle le voit mais ne dit mot. Ses doigts laissent maintenant place au magic wand. Je perçois quelques gémissements de plaisir qui s’échappent de ses lèvres. Son corps ondule frénétiquement sur la table au rythme des vibrations de plus en plus intenses…Au bord de la rupture, je transgresse une nouvelle fois les règles et me risque à venir lécher la poitrine de Maîtresse Axelle et même mordiller ces tétons…Bizarrement aucune réaction de la part de Maîtresse Axelle qui me laisse agir ainsi. Est-ce que ma rébellion et ma résistance ont été catalyseur de plaisir, nul ne sait. J’avais l’impression que dans ces moments nous faisions réellement corps tous les deux…

 

Quelques secondes plus tard, je respectais enfin la règle à ne jamais transgresser en implorant de pouvoir enfin jouir….Je ne me souviens pas avoir entendu une quelconque réponse…mon seul souvenir reste une éjaculation puissante et mon sperme coulant dans une coupelle puis trou blanc avant que finalement Maîtresse Axelle me porte un doigt à ma bouche et d’une voix douce me dise :

« Velvet, savez vous de quoi il s’agit ? » 

Je me suis contenté de répondre « mon sperme », tout en sachant que celui-ci se trouvait également mêlée de la mouille de ma Maîtresse….

 

Je n’ai jamais vu le temps passé, et je me trouvais maintenant épuisé. Maîtresse Axelle s’en est rendu compte. Toujours pleine d’attention à l’égard du soumis que j’étais pour elle en cette après midi, elle m’invita à me rafraîchir sous la douche, me désaltérer et ensuite me rhabiller.

 

Avant de partir , Maîtresse Axelle me complimenta et me fit surtout par de sa surprise quant à mon comportement tout au long de la séance. Elle en arriva même à me glisser à l’oreille dans un ultime contact rapproché avec moi que la prochaine fois, elle ne se laisserait pas surprendre. Belle fierté pour moi, tout en sachant que dans de telles joutes démoniaques, nullement question de vainqueur et vaincu. Tout simplement un excellent tournoi mené dans le plus profond respect des règles BDSM avec un jeu entièrement partagé. 

 

48h déjà passées, je termine mon ultime épreuve en clôturant mon rapport d’audience. Je ne ressens plus les conséquences de la chevauchée à la fucking machine, mais mes tétons très meurtris me rappellent que la veuve noire a répandu en moi son venin toxique et que maintenant je suis entièrement lié à elle.

 

Mes impressions ne sont peut être que le fruit de mon imagination. Seule Maîtresse Axelle en connaît la réalité. Je ne saurai réellement si j’ai été un bon soumis que si une seconde convocation m’invite à nouveau à partager quelques supplices ou plaisirs.

 

Votre obligé VELVET

 

 

COMMENTAIRE D'AXELLE DE SADE : j'adore les 1ères fois, les 1ères rencontres : Je mets de la chair, du concret sur une idée que je m'étais faite du/de la soumis.e.  

Souvent, il faut aller doucement pour tisser des liens de confiance favorisant le lâcher-prise, j'apprivoise l'autre doucement mais surement. 

Et puis, il y a des petits brats, des petit.es soumis.es qui viennent se confronter à moi, comme une joute verbale où l'on mesure sa répartie, sa verve labiale. Velvet fait parti de cette catégorie, celle où l'on dresse l'autre, on l'éduque avec dureté, fermeté voire cruauté. Il a frappé à la bonne porte ... 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous