• Velvet

Duo infernal pour une initiation inattendue…


Pour toutes celles et ceux qui suivent les péripéties de Velvet sur Twitter ou au travers du blog d’Axelle de Sade, il est bien connu que Velvet le Brat est un tant soit peu indiscipliné et surtout très en retard dans ses comptes-rendus. Pour ne pas déroger à la règle, ce n’est que maintenant que je prends la plume pour conter ma dernière séance avec ma Maitresse aXelle de Sade.

Petit come back…Printemps 2019, ma découverte de la Chambre Bleue a été marquée par un très cuisant Bolero de Ravel, un test qualité insoutenable du carcan « Velvet » et une magistrale gifle de fin de séance pour me rappeler que l’on ne badine pas avec aXelle de Sade.

Mais ce n’est pas pour autant que cela allait entacher mon engouement pour ma Maitresse et mon désir de la retrouver. Malheureusement le COVID allait en décider autrement pour nous avec deux annulations successives.

Le confinement est alors venu s’imposer en Maître, à nous guider inexorablement vers plus de réseau social et de parcours chaotiques dans la sphère BDSM de Twitter. Quand vous entrez dans ce monde, chaque étape est une sorte de nouvelle croisade, entre temple maudit et arche perdu, mais peut très vite vous conduire au Graal si vous savez rester vous-même, courtois et open minded.

C’est ainsi que lors de mon périple j’ai eu l’immense privilège de croiser la route d’une remarquable et au combien charismatique, Madame MITSOUKO. Quelle ne fut pas ma surprise quand après plusieurs semaines d’échanges de tweet sporadiques, je me suis vu gratifié d’une invitation à une initiation des jeux de sondes…Quel honneur, en effet. Moi Velvet, le Brat, celui qui se trouve souvent blacklisté pour sa bratitude, me voilà convié à une séance initiatique. Chouette me direz vous…oui, bien évidemment mais cette initiation restait assujettie au respect de deux conditions. La première, que ma Maitresse aXelle de Sade m’en donne l’autorisation, et la seconde qu’elle soit présente lors de cette séance.

Sur un simple tweet, je me retrouvais alors plongé spontanément aux portes de deux items de ma liste des possibles. Faire une séance BDSM en présence de deux grandes Dominatrices et goûter aux sondes urétrales. Mais pour franchir la porte encore fallait-il OSER demander à ma Maîtresse et OSER leur confier mon attribut masculin.

Et dire que certains pensent qu’une séance BDSM commence en franchissant une porte et se termine par une éjaculation rapide sous quelques coups de fouets et un bon pegging… !

Non, une vraie bonne séance de BDSM commence lorsque par le jeu de simples mots, votre esprit se trouve obnubilé par votre Maîtresse et ses jeux, et n’a de cesse d’aller de l’avant pour combler le manque qu’il a généré en vous. Et il ne se termine, que lorsqu’il se sent définitivement libre du jeu, et pour le coup cela n’est souvent qu’au terme du compte rendu de séance et de son approbation.


En ce début d’hiver, je me retrouvai donc pris dans ce vortex machiavélique initié par Madame MITSOUKO et indirectement par aXelle de Sade du fait de mon appartenance.

Y renoncer ? Non impossible. Velvet le Brat n’a jamais reculé face à ses engagements, qui plus est lorsque c’est une grande Dame qui l’honore de ses talents.

Comment présenter la chose à ma Maitresse aXelle de Sade ? Comment allait-elle réagir ? Pourrait-elle me bannir pour mauvaise conduite ? Verrait-elle en Madame MITSOUKO une rivale ? Allaient-elles bien s’entendre ? Autant de questions qui ont alors tourné en boucle plusieurs jours avant que je me lance enfin. Il n’y avait plus à hésiter. Ma Maîtresse aXelle de Sade qui a toujours su jusqu’à présent me montrer la voie du dépassement de soi, qui a toujours pris ma défense dans des situations délicates, qui m’a toujours fait confiance et qui excelle dans l’Art des Jeux, ne pourrait qu’abonder dans mon sens, m’aider à gravir de nouveaux échelons dans la quête du plaisir, des plaisirs. Quelques mots écrits en toute simplicité dans un mail et un simple clic sur envoyer me libérèrent d’un premier poids. J’entamais alors la seconde échelle du stress. L’attente de la réponse et l’organisation de la séance.

Seules quelques heures d’attentes avant de recevoir un message « Bonjour Velvet, j’ai lu votre pavé, et je suis d’accord pour vous rencontrer avec Madame MITSOUKO que je ne connais pas…je la contacterai prochainement pour vous concocter un scénario à la hauteur de votre Bratitute ». Plus question de reculer à ce moment-là, même si l’idée de laisser le dépucelage de mon chibre à deux Dominas restait quelque peu effrayant. Grand merci à Madame MITSOUKO pour avoir su accompagner ma démarche avec un grand professionnalisme dans la continuité de nos échanges mais avec toujours cette alternance de chaud et de froid dans la répartie qui savent vous maintenir dans un émoi transcendant. Quelques jours plus tard, rendez-vous était finalement pris début février pour une après-midi initiatique chez Madame MITSOUKO.

Plusieurs nuits encore à songer à cette future séance, mes retrouvailles avec ma Maitresse aXelle de Sade et son sourire narquois inégalé que j’affectionne tout particulièrement, et ma présentation à Madame MITSOUKO. Un instant que l’on sait déjà très impressionnant, avec la peur de mal paraitre qui vous noue le ventre. Mais c’est par de tels ressentis que vous appréciez encore plus de tels instants.


Matin du jour J, après une nuit agitée et fort courte, vient l’heure des préparatifs. Petite séance de rasage intime, douche réparatrice et surtout lavement pour être prêt à toutes éventualités de jeux.

Départ anticipé pour ne prendre aucun risque de retard. 13h30, j’arrive dans la banlieue nord-ouest. Je suis tout près. Mon cœur palpite de plus en plus et je n’ai toujours pas de place de parking. Un tour dans le quartier et je trouve enfin. Il est presque 14h, je vais certainement avoir quelques minutes de retard qui ne passeront pas inaperçues. Présents en mains pour ces Dames, j’approche de la porte. Mon téléphone vibre. Un SMS de Madame Mitsouko… « Velvet, vous êtes en retard ! » Oups, voilà que je me fais déjà remarquer. Quand j’arrive enfin, je suis accueilli sur le palier de l’immeuble par Madame MITSOUKO et un petit sourire délicat.

Agréablement surpris de découvrir enfin cette Grande Dame qui a toujours su m’impressionner par sa répartie sur Twitter. Toute de noir vêtue, petites lunettes sur le nez, elle m’invite à la suivre dans son appartement, ou devrais-je plutôt dire donjon, car quand la porte s’ouvre et le rideau se tire, c’est bel et bien dans un donjon que j’ai l’impression de me trouver. Table de massage, table basse molletonnée, crochets et cordes au plafond, servante médicale sans compter les innombrables accessoires BDSM visibles ici et là.

Maîtresse aXelle de Sade est là, toute de noir vêtue elle aussi. Ses longues jambes montées sur des chaussures à talon du plus bel effet, un shorty noir à ravir. Ce qu’il y a toujours de très grisant dans nos rencontres, c’est le premier croisé de regard, avec ce sourire au coin de l’œil qui respire l’envie du jeu, le goût du jeu. Et son timbre de voix…du pur délice. A peine le temps de rentrer dans le séjour et remettre mes présents, que je reçois déjà mon premier ordre. Inutile de préciser qu’il s’agit bien évidemment de faire un striptease, histoire de donner encore plus envie à ces Dames de jouer avec mon corps. Déjà que je ne me sens jamais trop à l’aise dans cet exercice, cela le fut encore plus devant Madame Mitsouko. Se mettre à nu face à une Dame dont le regard avisé saura vous juger dans les moindres détails…Oups…j’entame délicatement mon effeuillage tout en essayant d’y mettre la gestuelle délicate. Quelques vêtements de moins, et les commentaires grivois tombent « Cher Velvet, je vois que l’embonpoint vous gagne !!! Vous ne faites pas assez d’exercices… » Il m’était en effet difficile de cacher les kilos superflus pris depuis le début du confinement. Nu et dévisagé de haut en bas, j’ai alors été invité à aller me rafraichir à la salle de bain pour me présenter comme il se doit dans les meilleures conditions qu’il soit pour la suite des jeux.

De retour quelques minutes plus tard, le grand jeu allait pouvoir commencé. A peine entré dans le séjour, ces Dames se sont empressées de venir m’ôter la vue ne me couvrant successivement d’un masque de chat et d’œillères. Sans la vue, je ne pouvais plus m’en remettre qu’aux mots de Maitresse aXelle de Sade et de Madame MITSOUKO devenue pour l’occasion sa précieuse collaboratrice et me laisser guider vers les plaisirs. Dans de telles conditions, le moindre mot, le moindre souffle, le moindre effleurement devient très vite source de plaisir que l’on savoure avec délectation.

Invité à prendre position au milieu de la pièce, c’est alors qu’aXelle de Sade a pris un malin plaisir à venir me susurrer à l’oreille le message que Maîtresse Lisa lui avait transmis à mon attention. Message que je devais être en mesure d’apprendre en live et réciter sans erreur. Pris au dépourvu et sans arriver à me concentrer avec les effleurements sur mon corps d’aXelle de Sade, impossible de me tenir et répondre à cette attente. Cela commençait bien. Velvet le Brat montrait une nouvelle fois une facette de fébrilité qui le mettait en fâcheuse posture, et ce d’autant plus que ma Maitresse ne se privait pas de commenter en live l’exercice sur la toile. Moment très jubilatoire sans nul doute, pour toutes celles et ceux qui jugent Velvet comme un incorrigible taquin et perturbateur…

Et comme si cela ne suffisait pas, je n’ai guère mieux brillé dans l’incontournable exercice de la leçon des règles du jeu. Même si j’ai déjà eu droit à plusieurs reprises à cet exercice, impossible de tout me rappeler dans les moindres détails. Amnésie intentionnelle de mon esprit, pour profiter des rappels à l’ordre de ma Maitresse qui de sa voix enchanteresse me transporte à chaque instant dans un univers de plaisirs sans commune mesure ? Certainement…entre les codes couleurs et les 3 règles incontournables « orange, rouge, spermission, étoile de mer, lâcher prise » tout se mélange pour me procurer une certaine ivresse euphorisante.


Les vraies hostilités ne vont pas tarder à commencer. Ces Dames viennent de m’attacher les mains au crochet du plafond et de m’apposer une barre d’écartement aux chevilles pour que je ne sois plus réellement libre de mes mouvements. Il ne faut pas longtemps pour que pleuvent alternativement claques, fessées et pincements des tétons. A deux mains, c’est déjà très éprouvant, mais quand le jeu se fait à quatre mains, c’est encore plus oppressant. Dur de rester de marbre et de ne pas laisser paraitre quelques gémissements de douleur. Les commentaires vont bon train sur mon fessier qui rosit de plus en plus, mais pour lequel, chacune de mes tortionnaires prend l’extrême précaution de me prémunir de toutes traces disgracieuses.

Comment rester de marbre et concentré quand en alternance de ces supplices, votre Maitresse prend un malin plaisir à venir vous frôler, vous effleurer, vous chuchoter de manière très suave à l’oreille…chaque geste, chaque mot est un véritable pousse au crime, une épreuve pour voir si je suis toujours en mesure de résister et ne pas me laisser tenter et oser la provocation en jouant aussi de mon corps sur elle. Agréables et troublantes sensations parallèles quand Madame MITSOUKO joue également avec mon corps de manière délicate. Grisant de se savoir à la merci d’une « inconnue » qui excelle, elle aussi dans le jeu des tentations.

Soudain aXelle de Sade se laisse à dire « Il est temps de s’essayer aux sondes sur ce cher Velvet ». Plus question de reculer. Cette sensation que j’ai souvent rêvée et imaginée au fil des tweets de Madame MITSOUKO, ne sera bientôt plus une inconnue…mon appréhension est maintenant très forte, mais provoque en parallèle une très agréable sensation si plaisante que l’on cherche toujours plus à en profiter. Mais avant de commencer, aXelle prend un malin plaisir à faire un

check de mon chibre en live sur la toile. « Madame MITSOUKO, auriez-vous un mètre, pour que nous jaugions cet organe ridiculement petit ! »… « 10,5 cm….pfffff….il n’y a vraiment pas de quoi pavaner, cher VELVET ! » et que dire des petits ricanements de ces Dames….je n’en mène pas large, ma réputation de « petite bite » ne manquera pas de se faire.

Toujours les yeux bandés, je ne sais pas ce qui se trame….jusqu’au moment où je sens une main hésitante attraper mon sexe, l’enduire de gel lubrifiant….et oups….une sensation de picotement à l’entrée de mon méat. Quelques secondes de sensations nouvelles sans que je puisse voir réellement ce qui se passe. La position n’étant finalement pas propice à cette pratique, pour m’épargner de désagréables souvenirs, ma Maitresse aXelle et sa collaboratrice d’un jour Madame MITSOUKO décident de remettre la vraie initiation à plus tard. Finalement pieds et poings liés détachés, je suis invité à prendre position sur la table basse capitonnée du séjour. Tête baissée, jambes écartées et cul bien relevé, aXelle de Sade décide de faire le test Qualité du Humbler made in Velvet que je venais de lui offrir. Anatomie atypique ou difficulté légendaire d’aXelle de Sade avec la technique (voir mon second compte-rendu de séance), impossible pour aXelle, même aidée de Madame MITSOUKO de mettre en place ce délicieux présent. Madame MITSOUKO propose d’essayer le sien, pour ne pas prendre le risque de me voir échapper au supplice. Rien à y faire, impossible d’arriver à glisser mes testicules dans l’étau. De mon côté je dirai tout simplement, que la nature humaine est bien faite. Quand les températures restent fraiches en fin d’hiver, le bigorneau et ses amis aiment à rester très serrés au chaud…

Pour que je ne sois pas en reste, c’est finalement un cockring qui est venu enserrer mes testicules. Et dans la foulée une sensation froide entre mes lobes fessiers. Une forte quantité de gel venait d’y être posée…avant qu’un doigt de Maitresse aXelle ne vienne s’introduire dans mon trou pour le préparer à recevoir un plug. Quand deux dominatrices discutent entre elles à ce moment-là, c’est bien évidemment sur le type de plug et gode à tester sur Velvet. Axelle de Sade, me connaissant n’hésite pas à préciser qu’il faut viser petit car elle le sait très difficile d’accès. « Le manque de pratique est certain, à tel point que l’on a l’impression de jouer avec un puceau à chaque rencontre ». Un premier plug est tenté. Echec, trop gros. Un second arrive…échec, il ressort de suite…Madame MITSOUKO vient à la rescousse en prenant l’initiative de bien me doigter pour détendre tout cela. La nouvelle tentative fut la bonne, avec un plug plus évasé pour qu’il reste bien en place. Ainsi plugué j’ai de nouveau reçu une pluie de gifles et fessées sur mon cul….Il n’en fallut pas plus pour que sous l’effet de contractions, le plug soit de nouveau expulsé.

Cet épisode terminé et quelque peu éprouvé, mes hôtes prennent soin de moi en me proposant un rafraichissement. Il n’était nullement question pour elles que je tourne de l’œil alors que le meilleur du jeu aller venir. Et je salue toutes ses gentilles attentions qui confirment bien que j’étais en présence de grandes Dames du BDSM qui maîtrisent plus que toutes autres cet art.

Pause et rafraichissement terminés, je me retrouve très vite allongé et attaché à la table de massage installé dans le séjour pour attaquer l’initiation. Pas question que je bouge durant la pratique et interdiction de voir ce qui se fait. Je dois profiter pleinement du plaisir privé d’un sens essentiel pour décupler les autres. Madame MITOUKO prend soin de bien me lubrifier tout en faisant glisser ses mains sur mon chibre. Je ressens un léger picotement à l’intérieur de mon sexe à l’introduction de la première sonde. C’est une sensation nouvelle, étrange. Toute la difficulté quand il s’agit de choses nouvelles et de se concentrer sur le plaisir et pas anticiper ce qui pourrait arriver ensuite. Appréhension de douleur, picotements plus intenses, …. Je sens

Maîtresse aXelle de Sade tourner autour de moi et se réjouir du spectacle dont Madame MITSOUKO nous honore. Elle me demande alors si je l’autorise à filmer la séance pour immortaliser cet évènement. Chose que j’accepte bien évidemment, car difficile de refuser quelque chose à aXelle. Mes Maitresses échangent quelques mots et parlent de mettre d’autres sondes…alors que je n’ai toujours aucune idée de ce qui se passe réellement. Je sens simplement que madame MITSOUKO prend soin de mon sexe en douceur, fait parcourir sa main dessus, mais côté sonde je reste dans un flou le plus total. Puis plus rien. Les sondes sont parties tout aussi simplement que ce qu’elles sont entrées. Par combien de sondes ai-je été introduit ? Quel format ? Quelle longueur d’introduction ? Autant de questions qui trônent maintenant dans ma tête.

Ces Dames décident de prendre le thé, en me laissant sur la table attaché, les yeux bandés. Pendant que la Maitresse du donjon est allée préparer ce dernier, aXelle est venu me détacher les mains, pour ensuite emprisonner l’une d’elle entre ses cuisses. Quelle agréable sensation. Et que dire quand en plus le mouvement qu’elle engendre et accompagné de doux mots. Il n’en fallait pas plus pour que je décide de franchir la limite en faisant glisser doucement ma main vers le haut de son entrecuisse. C’est un petit jeu auquel aXelle aime se prêter, et en bon Brat que je suis, auquel j’apprécie me prêter et oser. Mais stop, le thé est servi. L’étau se resserre sur ma main sans plus pouvoir remonter…. « Non, non, non Velvet…. »

J’avoue que je pense souvent à ses moments et me dis peut être qu’un jour, si je me présente en très, très, très, très….bon élève, il me sera offert plus.

La pause tea time est finie. Il m’est également proposé un nouveau verre d’eau. En aurais-je vraiment besoin avant d’attaquer un nouveau chapitre de l’après-midi ? Je ne tardais pas à avoir la réponse. Axelle de Sade me demandant rapidement de me présenter en position sur la table basse. Elle avait envie de m’exhiber, montrer « sa petite pupute au monde ». Pour des raisons de discrétion, je n’aime généralement pas m’exhiber de la sorte, mais dans l’euphorie du moment présent, je me suis pris au jeu. Etre traité ainsi était pour moi une première et a eu un effet transcendant sur moi. Contraint à rester en position, toujours masqué mais sans les œillères je me suis retrouvé godé tour à tour par Madame Mitsouko et ma Maitresse. D’abord avec un gode chenille en acier dont le froid métallique procure toujours un plaisir immense une fois introduit, puis un gros gode noir. Les sensations étaient grandissantes en moi. Alors que Madame MITOUKO maniait le gode en moi avec toujours plus d’alternances grisantes, face à moi aXelle s’harnachait de son gode ceinture. Une fois armée, elle m’ordonna de me tenir face à elle, pour entamer une fellation profonde. Elle me reprenait à chaque coup de langue et e demandait de m’appliquer encore plus. D’aller plus de l’avant…Jamais je n’avais eu à sucer avec autant de ferveur un sexe présenté à moi. Je devenais inexorablement la bonne pupute qu’aXelle voulait que je sois pour elle. Je me surprenais moi-même du niveau d’excitation que me procurait cette situation. Ajouté à cela, Madame MITSOUKO qui me pinçait ardemment les seins….Alors que j’avais presque tout le gode en bouche, aXelle me lâchait « Velvet, si vous continuez à être aussi bon, je vous présenterai un ami travesti. Vous voudrez vous y essayer ? » et moi de répondre consciemment par un « Oui Maitresse…. ». Que n’avais-je pas dit…. ?

Le gode à peine sorti de la bouche, Madame MITSOUKO est venu apposer sa main sur mon visage, m’interdisant quelques secondes de pouvoir respirer. Quelle ne fut pas ma surprise d’une telle initiative de Breath Play. Encore une expérience unique dont je me souviendrai longtemps. Décidément avec ce duo de Dommes, j’étais plus que gâté en cet après-midi.

« Velvet, mettez-vous sur le dos ! ». Mais qu’allait-il encore m’arriver ?

« Velvet, je veux que vous vous godiez face à nous et que vous nous montriez vos talents » Elle me tend alors le gode chenille, que je commence à glisser en moi. Bien détendu, ce dernier rentre maintenant facilement. Je commence à le faire aller et venir en moi. Axelle se délecte du spectacle tout en continuant son reportage commenté. Madame MITSOUKO me torture à nouveau les seins. Axelle ne se prive pas de me jeter des insultes pour encore plus m’exciter et me faire grimper le plaisir. Je m’active de plus en plus. Je commence à éprouver de nouvelles sensations dans le bas ventre…Elle m’ordonne alors de prendre le gros gode noir et reprendre le rythme…j’ai de plus en plus chaud, du mal à tenir le gode. Les insultes pleuvent… « la bonne chienne elle adore se goder. Regardez-moi cela, le gode rentre tout seul maintenant… ». Axelle me maintient alors fermement les pieds et me crache à la figure. Je pense être au bord du Subspace, à la limite d’éjaculer sans bander…mais épuisé par l’intensité des actes de ces dix dernières minutes, je m’effondre épuisé…sans avoir eu la spermission. En dernier acte de cette séance, aXelle ressort le mètre ruban, et s’amuse à mesurer à nouveau mon chibre…ou disons plutôt le vermisseau « 3,5 cm Velvet, et vous osez encore pavaner !!! ». Je pense que cela a du faire très vite le tour du monde très complice des Dominatrices présentes sur Twitter.

Certes une telle exhibition reste certainement très humiliante et dévalorisante pour le Brat que je suis, mais que le plaisir fut bon et intense comme jamais. Mes limites ont une nouvelle fois été repoussées grâce à l’immense talent d’Artiste d’aXelle de Sade et surtout la complicité de ces deux grandes Dames/Dommes, qui quelques heures auparavant ne se connaissaient même pas.

Et mon initiation aux sondes urétrales ? Et bien très belle expérience. Entre les mains de Madame MITSOUKO, tout s’est très bien passé. Je regrette que ma légère appréhension des suites possibles (car il y a toujours un risque dans ces pratiques si elles ne sont pas faites dans les conditions d’hygiène et sécurité requises) ait quelque peu polluer mes sensations et plaisirs. Je me suis étonné moi-même quand aXelle de Sade et MITSOUKO, quelques clichés à l’appui, m’ont indiqué que j’avais quand même reçu simultanément 3 sondes urétrales rentrées de plus de 20 cm dans le sexe… je n’en revenais pas.

Couvre-feu oblige, la pause détente de fin de séance pour échanger sur la séance fut de courte durée. Une douche plus tard, me voilà de nouveau vêtu en mode vanille, sur le pas de la porte. Je remercie encore Madame MITSOUKO pour son initiative, pour m’avoir donné ma chance de découvrir une pratique inconnue et grisante, et surtout son accueil et sa complicité dans le jeu, même si parfois je l’ai senti naturellement sur la réserve. Certainement difficile en présence de ma Maitresse aXelle de Sade de se lâcher plus, mais nul doute que cela n’aurait pas été pour lui déplaire.

Le mot de la fin sera laissé à ma Maitresse aXelle de Sade, qui après l’incontournable baise main que je dois envers ma Maîtresse pour la remercier de son œuvre du jour, déclara avec son inégalable sourire narquois mais au combien charmeur à mes yeux :

« Finalement mon cher VELVET,

sous vos airs d’affreux jojo, vous restez très mignon »….


COMMENTAIRE D’AXELLE DE SADE :

Velvet, le brat, la bête noire des dominatrices sur tweeter a su se distinguer et jouit d’une place particulière dans mon cheptel : je le vois peu, une ou deux fois par an, par contre, j’ai des nouvelles quotidiennes sur tweeter. Il est très très bavard et je m’interroge sur le temps qu’il passe sur ce réseau social. A-t-il une vie par ailleurs, trouve-t-il le temps de se concentrer sur son travail ?

Velvet est un soumis iconoclaste qui n’entre pas dans les standards traditionnels de la soumission. Je le laisse batifoler virtuellement, son appartenance est matérialisée par la protection que je lui offre et qu’il revendique à juste titre. Souvent gifler virtuellement sur Twitter, et j’interviens parfois pour calmer les ardeurs, les siennes et les autres.

C’est un explorateur du monde virtuel du BDSM : C’est grâce à lui que j’ai rencontré ma consœur Mitsouko et je le remercie encore de cette excellente initiative. J’ai découvert une femme généreuse et talentueuse (avez-vous lu « Sale cabot » ou encore « De la bourgeoise à la putain » ?). Son donjon est magnifique, très chic, et regorge d’objets tous plus extraordinaires les uns que les autres.

Nous avons passé une très belle après-midi à partager le thé et à martyriser ce pauvre Velvet qui ne demandait que ça.

728 vues3 commentaires