• N163

Geishattitude : en route pour les oscars ?

8eme rdv avec Maitresse Axelle, un peu plus de 2 mois après notre magnifique précédent rdv.

Pas dans le bon mood cette semaine et je ne suis pas inspiré pour exprimer quelques envies que ce soient.

Je m'en remets donc à l'expertise, le talent de Maîtresse Axelle.

20h, ouverture de la porte : belle est le premier mot qui me vient à l'esprit.

Je crois que je n'ai jamais vu Maitresse Axelle aussi belle, raffinée. Même si elle a toujours été incroyable, surprenante, élégante et sexy en diable.

Maitresse Axelle m'a envoyé un SMS dans l'après-midi car le fameux Inrock était soit disant disponible en kiosque.

J'ai couru les kiosques de l'est parisien mais personne ne l'avait reçu.


Je suis donc arrivé bredouille et Maitresse Axelle ne m'en a pas voulu du tout. Je lui ai promis de lui envoyer en pdf mais pour le moment, en vain.


J'ai apporté le thé souhaité : Marco Polo et en sus, j'ai choisi un mélange d'épices libanais, le zaatar, épice très apprécié d'Ottolenghi.

Mais pourquoi ai-je acheté des épices à Maitresse Axelle qui ne cuisine pas!!! Pour mettre un peu de piment dans la vie de Maitresse Axelle!!!!

Je pars me transformer en n°163 et j'ai hâte de savoir comment vous m'envisagez aujourd'hui.

Ce sera dessous en dentelle blanche, bas beige et kimono de geisha.

Comme d'habitude, je souffre pour enfiler et accrocher mes bas et j'abandonne l'idée du soutien-gorge...j'ai failli avoir une crampe en me tordant pour l'attacher!!!

Pour magnifier le tableau, vous m'avez prévu une perruque blonde et vous m'avez mis du maquillage à disposition.

Comme vous avec les épices, je suis bien embarrassé avec le maquillage!!!


Je commence par me poudrer les yeux et c'est pas simple, j'ai essayé de faire un effet smoky mais ça déborde un peu...

Je prends ensuite le crayon vert (le seul un peu taillé) et me trace un trait sur le coté de l'oeil, pas si mal pour une première.

Je dessine une mouche verte sur ma joue...

Je choisis un rouge à lèvre très rouge et je me l'applique délicatement car j'ai peur des débordements et peur de faire clown.

J'enfile la perruque et je sors de la salle de bain.

Vous m'attendez et vous me dévisagez. Vous me félicitez pour le maquillage et j'en suis ravi...et vous me trouvez échevelé et vous m'envoyez me coiffer.

Je ne savais pas qu'on pouvait coiffer une perruque!!!

A ma demande, vous me taillez les crayons et me donnez du fard à joue que je dispose harmonieusement. Bizarre avec ma barbe de 3 jours!!!

Je me peigne et je reviens avec un joli carré bob platine.

Vous me regardez et je vois que je vous plais. Vous dites que je ressemble à Françoise Hardy et c'est un beau compliment.

Ah j'oubliais, vous m'avez également prévu des talons hauts, qui me grandissent et m'handicapent.

Vous me mettez mon collier et je suis maintenant totalement à vous et totalement #163.

Vient le temps des règles du jeu et des safe word.


Vient le temps du plug : vous me donnez le choix des armes et je choisis un petit plug noir que j'imagine facile à enfiler.

Vous m’installez en équerre sur une table gyneco (les pieds au sol et le reste couché sur la table). Vous me trouvez inélégant dans mon attitude avachie et je me redresse et vous offre mon cul. Mon cul serré, serré. Vous le détendez et je me détends...

Le plug enfilé, vous souhaitez me poser une barre de contrainte afin que je joue la scène du thé dans le film "La secrétaire".

Je vous propose de descendre l'escalier avant d'installer la barre car je ne suis pas très à l'aise sur mes talons hauts.


Heureusement, j'ai vu ce film sur vos conseils et je me souviens de la scène.

Vous m'attachez les mains à la barre avec des sortes de poignets de force en cuir : c'est assez confortable. Et pour limiter un peu plus mes mouvements, vous fixez le centre de la barre à mon collier.

Pendant toute la mise en place de la barre, vous me frôlez, me soufflez dans les oreilles, je me frotte, vous me tournez autour, je sens vos cheveux dans ma nuque, l'odeur de fumée dans vos cheveux : j'adore...


Je suis maintenant comme un porteur d'eau asiatique et je sens que le service du thé va être délicat.


Vous me demandez tout d'abord de verser le thé que je vous ai offert dans une petite boîte prévue à cet effet en m'indiquant bien qu'il ne faut pas en mettre à côté.

Je galère pour ouvrir le sachet et je découvre un autre sachet dans le sachet!!! Je n'aurais pas dû dire à Mariage que c'était pour un cadeau...

J'extrais le petit paquet du gros paquet et je galère de nouveau pour l'ouvrir : les adhésifs Mariage sont de bonne qualité!!!

Je verse délicatement le thé dans la boîte sans rien mettre à côté.

Je prend la pince à thé et je la remplis, non sans mal.

Je mets l'eau à chauffer et vous me demandez quelle pratique adore la secrétaire : la fessée bien sûr!!!

Vous me demandez donc de vous offrir mon cul, ce que je fais en essayant d'être le plus élégant possible.

Vous me fessez, doucement, tendrement, puis fort, puis doucement, puis très fort, des 2 mains, ou peut-être des 4 mains tellement c'est violent et intense.

J'ai mal et je vous indique que la bouilloire a bippé et que l'eau est chaude. Cela vous amuse car votre bouilloire ne bippe pas!!!


Vous arrêtez et l'eau est chaude.

Je vous demande de vous éloigner afin de ne pas vous ébouillanter et je verse le thé dans la théière. Opération réussie.

Reste maintenant à transporter tasses et théière dans le salon et à faire le service, tout cela, avec des talons de 12!!!


Je prends les tasses dans la main gauche et la théière dans la droite, afin de m'éviter l'aller-retour (c'est grand chez vous!!! ).

Arrivé vers la table basse, je m'agenouille avec mon inélégance habituelle et pose, sans accident, le tout sur la table.

Je vous sers et je me sers : quel honneur de boire le thé à la même table que vous même si vous êtes confortablement assis sur le canapé et moi à genoux, avec une barre de contrainte...

Comme je suis plutôt à l'aise avec le service du thé, je me permets même de lever la théière très au dessus de la tasse, comme pour le service du thé à la menthe.

Vous devez trouvé l'instant plaisant et vous me prenez en photo.

Je crois que le plug est tombé à ce moment là et selon la tradition, vous m'en mettez un plus gros!!! Les traditions ont du bon parfois.

Passé l'épreuve et la dégustation du thé, vous vous munissez de cordes et nous allons nous adonner à la pratique fort agréable du shibari sur geisha.

Vous m'attachez en position à genoux. Vous enroulez, vous enroulez, vous enroulez...

A chaque tour, je vous sens contre moi, je sens votre souffle, votre bouche, vos cheveux.

Vous vous débrouillez pour que la corde effleure mon sexe, qu'elle glisse longtemps sur mon corps, qu'elle navigue sur moi comme un serpent rugueux et doux. Problème : je commence à avoir mal aux genoux, mais très mal et je vous le dis car je n'en peux plus. Satanés genoux usés par mes nombreuses années de foot... En un instant, vous me dégagez. Comment peut-on défaire si vite cet entrelacs de cordes? Mystère mais je suis ravi et soulagé de pouvoir déplier mes jambes et ne plus souffrir. Vous décidez donc de modifier ma position d'attaché et vous m'allongez sur le dos ou sur le ventre, je ne sais plus et vous me ligotez comme un saucisson. Avec la barre de contrainte dont vous m'avez libérée, vous m'imposez les jambes tendues... Je vous fais remarquer que je vais avoir du mal à ne pas faire l'étoile de mer : cela nous fait rire!!! Je bande et vous passez une corde sur mon sexe et le collez à ma cuisse...Je me souviens d'une fois où aviez attaché mon sexe et mes testicules avec une cordelettes et j'avais apprécié vigoureusement. Vous me retournez. Je suis sur le ventre, attaché, à votre merci. Vous me posez un linge sur la tête et vous vous absentez. Je ne vois rien. Je ne vous entends pas. Que faites-vous? Quelle surprise m'avez vous concocter? Je crois entendre le frigo et je me dis que c'est peut-être un jeu avec de la nourriture car j'adore ça. Vous revenez, je vous entends mais je ne vous vois toujours pas. Vous vous allongez sur moi et vous me faites l'amour. Votre sexe grossit avec mon désir et avec la taille des godes!!! Je jouis, je crie, je bande mon corps, je tends les bras, je saisis vos fesses, tout ce qui me passe sous la main. Je lâche prise et c'est vraiment très agréable car la semaine était terne, dure. Vous m'avez retourné totalement, corps et esprit. Cela s'arrête comme un couple : avez-vous éjaculez en moi? Avez-vous joui?

Nous restons l'un contre l'autre et je redescends sur terre doucement.

Nous papotons comme le vieux couple que nous sommes!!!

Nous débattons ridicule et esthétisme.

Nous discutons de nos vacances, de nos amis, de nos projet...de la vie. Comment peut-on discuter si naturellement après ce qui vient de se passer? Je ne sais pas mais ces fins de séance sont pour moi comme des préliminaires inversés et sont des moments délicieux.

Il est temps de partir, de vous quitter, de quitter #163.


COMMENTAIRE D'AXELLE DE SADE :


N163 a un tempérament assez particulier, parfois adepte d'impertinences qui provoquent quelques punitions ou absence de punition si je décide d'être vraiment cruelle. Je vous invite à relire les posts "repositionnement hiérarchique" ou encore "un diner presque parfait avec Heike" en lien sur cette page de blog . Mais nous entretenons aussi une relation singulière basée sur des échanges qui sortent parfois du cadre BDSM pour aller sur un plan en quelque sorte amical.


Nos rencontres sont très souvent basées sur des scénarios inaccoutumés même si on y retrouve quelques incontournables comme le port du collier, le travestissement ou encore la sodomie. Le tout est enrobé par un fil conducteur souvent fantasque qui donne une cohérence à nos heures passées ensemble.


Cette fois-ci, mon idée de scénario s'inspirait de la figure érotique de la Geisha : cérémonie du thé et Shibari composeraient le menu, le tout saupoudré d'une scène mythique du film "la secrétaire" qui me réjouit tant de voir rejouer à ma sauce. Comme mes fervents lecteurs et lectrices du blog l'auront constaté, j'ai régulièrement des obsessions qui évoluent au gré des saisons...


N163 a été (cette fois-ci) parfait dans son rôle ...Néanmoins, nous sommes tout de même assez loin de l'Oscar...



375 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout