• Samois

Au service de Maitresse aXelle pendant ses vacances - Episode 3 -


Mercredi 21 juillet : Plage, uro, paddle et aiguilles

Comme tous les matins, le rythme est le même pour moi et j’éprouve une grande joie à servir tout ce petit monde. Quel plaisir de voir toutes ces Maîtresses, et plus particulièrement Maîtresse aXelle, tous les matins vous dire « bonjour Samois » et avoir un grand sourire parce qu’elles ont leur petit déjeuner avec pain au chocolat de prêt. C’est vraiment gratifiant.


Midi, je reviens de course, je retrouve Maya en train de se faire épiler les poils de la poitrine par Mademoiselle B, puis Lulla Bye, Bye.

Après avoir rangé les achats, Maîtresse aXelle, m’ordonne de me mettre nu. Puis elle me dit : « on va te mettre quelques poids sur les testicules ». En effet, j’ai 7 anneaux le long du scrotum, ainsi que 2 petits « prince Albert » et un « prince Albert » inversé en forme de tige. Cela permet d’accrocher pas mal de choses. De plus, avant de venir, j’ai acheté à ma Dominatrice, une dizaine de mousquetons à vis et trois mètres de petites chaines…il y a de quoi faire.

Ainsi, Maitresse aXelle, me place un mousqueton par anneau ; puis accroche les chaines à ceux-ci et autour de mon sexe. Le cumul de tout ça fait que le poids devient assez important et la peau des testicules et mon sexe s’allongent ; mais j’adore cette sensation d’étirement. J’avoue que cela m’excite beaucoup. Moiselle P admire le chef d’œuvre. Néanmoins elle demande à Maîtresse aXelle si elle peut arranger un peu les chaines. Ayant eu l’autorisation, la voilà en train d’essayer de passer une chaine dans le trou de mon prince Albert inversé. Comme tout cela m’excite, je commence à lubrifier pas mal et les chaines glissent. Moiselle P abandonne. Cependant, elle arrive tout même à me rendre présentable. Puis harnaché de cette manière, et toujours nu, je sers le repas. C’est assez irréel.


Vient l’heure du départ à la plage, et me voilà en slip de bain, en train de marcher précautionneusement car les chaines ont tendance à vouloir sortir mon slip et je dois passer entre les tables du restaurant près de notre logement. C’est le rush et il y a beaucoup de monde. Si les chaînes veulent se montrer, cela va faire « jazzer ». J’en souris quand même.


Nous arrivons à la plage. Malheureusement, aujourd’hui il y a beaucoup plus de monde que d’habitude et nous ne pouvons pas nous isoler. De ce fait, on m’ordonne d’enlever discrètement mon « attirail ». Nous sommes tout de même nus et prenons du plaisir à prendre des bains de mer de de soleil.


L’heure avance, la plage se vide. Cela nous permet de commencer à « jouer ».

Ainsi, Maya se retrouve dans l’eau, avec Maîtresse aXelle qui lui ordonne d’aller chercher son gros sex-toys et se l'enfiler. Nous rigolons bien car il n’est pas lubrifié et la mer le ballotte, Maya est en difficulté et il n’y arrive pas. De ce fait, je reçois l’ordre de l’aider. Me voilà donc derrière Maya, à genoux dans l’eau en train de pousser sur l’objet du désir. Enfin, nous y arrivons. Nous sommes morts de rire. Quelle partie de plaisir.


Après un autre bain de soleil, Maîtresse aXelle m’ordonne de m’allonger dos à terre : elle a envie de faire pipi. Elle commence par arroser mon sexe, je sens son jet chaud ; c’est vraiment délicieux. Puis son jet s’approche de ma bouche et je reçois son divin liquide dans celle-ci. Je l’avale avec délectation et j’ai une belle érection. Puis, comme je suis au bord de l'eau, elle commence par me laver en m’arrosant doucement avec de l’eau de mer, puis nous nous dirigeons vers plus de profondeur. En marchant elle me regarde avec son petit sourire si merveilleux, la tête légèrement tournée et me dit : « vous aimez ça quand on vous urine dessus ! N’est-ce pas ? ». Je réponds : « oui, Maîtresse ».


Je sors de l’eau, et j’entends Moiselle P, qui demande l’autorisation à Maîtresse aXelle, de m’utiliser à son tour comme toilette. Autorisation obtenue, Moiselle P, me demande de m’allonger sur le sable, mais cette fois, assez éloigné de l’eau. Elle m’enjambe, écarte son paréo qui est noué autour de sa ceinture, s’approche de ma bouche que je tiens ouverte, puis urine dans celle-ci. A la fin, elle me prend la tête entre ses mains et l’approche de son sexe. Puis me demande de sortir la langue et se sert de celle-ci pour essuyer son sexe. Je sens ses lèvres sur ma langue. Je suis terriblement excité et j’ai une belle érection. Enfin, nous nous levons pour aller nous nettoyer. Les autres sont morts de rire car en même temps que la scène se déroulait, un coureur est passé dans le dos de Moiselle P et a du s’imaginer pas mal de choses.

Fin d’après-midi, nous rentrons.



Après s’être reconditionné.e.s, et afin de servir le repas, je me mets dans ma tenue de majordome : une jupe simili cuir, sans rien en dessous et torse nu. Maîtresse aXelle s’approche de moi avec dans sa main la série de mousquetons cités plus haut. « On va te décorer un peu » me dit-elle. Puis elle crée une chaine entre les 2 anneaux qui percent mes tétons et relie cette chaine, par le milieu, avec les mousquetons qui restent aux 2 princes Albert qui ornent mon gland. Je me retrouve donc avec un Y sur le corps. Mon sexe étant artificiellement tiré vers le haut, il a tendance à tomber et donc à tirer fortement sur mes tétons. Je vois ceux-ci s’étirer. C’est assez douloureux…mais si bon. Je sers et mange le diner ainsi décoré.


A la fin du repas, Maîtresse aXelle à pitié de moi et m’enlève mes mousquetons. On va passer aux aiguilles dit-elle.

J’avoue avoir une petite angoisse car ceci est ma première expérience de cette pratique. Me voilà donc assis sur une chaise en attendant Maîtresse aXelle partie chercher le matériel. Elle commence par mon bras droit, au niveau des biceps. Elle désinfecte la peau avec de l’alcool à 70°, sort l’aiguille, pince la peau et d’un geste assuré, me pique et traverse le gras du bras. Je ressens une petite douleur, mais une grande satisfaction, voir un certain plaisir. Enfin, elle recommence l’opération 2 fois. Elle sort encore d’autres aiguilles et entre le sein droit et l’épaule me repique encore avec 4 aiguilles. Puis elle passe au sein, pince légèrement l’aréole du sein à gauche du mamelon et approche une aiguille. « Là cela fait un peu plus mal » me dit-elle avec son sourire un peu moqueur. Et je vois l’aiguille s’enfoncer dans la partie rosée de mon sein. Je geins un peu. Ensuite, elle passe au côté droit de l’aréole. Enfin, elle ressort une aiguille, désinfecte mon mamelon, tire sur l’anneau pour l’étirer et me dit « là c’est le plus douloureux » et dans la foulée, l’aiguille le traverse. C’est vrai que la douleur est plus forte, mais grâce à la dextérité de ma Maîtresse, cela est parfaitement supportable. A la fin du travail, Maîtresse aXelle et quelques personnes prennent du temps pour regarder les aiguilles. Au bout de quelques minutes, les aiguilles sont retirées de mon corps.

Je suis très content, car malgré mon appréhension du départ, il s’avère que les « aiguilles » constituent une pratique assez jouissive. C’est très sensuel et cela nous oblige à avoir une grande confiance à celui ou celle qui « pique ».


Après cette séance, Maîtresse aXelle m’ordonne de me mettre à genoux sur le canapé afin de me chauffer un peu les fesses au paddle. Je m’exécute. Pendant ce temps, Monsieur A et Lulla Bye Bye sont montés dans une chambre et nous commençons à entendre Lula qui prend un certain plaisir, voire un plaisir certain. Mademoiselle B, en profite pour enregistrer les bruits de la maison avec son téléphone : bruit du paddle, bruit du plaisir…



Fin de la séance de paddle pour moi. Mes fesses sont rouges et brulantes…hmmm, j’adore. Puis Maîtresse aXelle m’entraine dehors, s’assoit et me demande de lui masser ses pieds. Suite à deux tentatives de massages précédentes je sais que je ne suis pas doué, mais je vais mettre à profit les conseils avisés de Monsieur A. Je m’assois à mon tour face à ma Maîtresse, lui prends son pied gauche, le pose sur mon genou droit et commence le massage. Et là, la magie s’opère. J’entends la satisfaction de ma Maîtresse qui pousse des petits cris de bien-être. J’en hurle intérieurement de joie. Je vais ainsi faire près d’une heure de massage. Merci à mon « professeur ».

Nous finissons la soirée en écoutant l’enregistrement de Mademoiselle B. Cela est très beau. On entend les coups de paddle et en même temps les cris de plaisir de Lulla Bye Bye. Quelle extase.


Encore une journée pleine de joie, de plaisir et d’émotions.


Ecouter un extrait sonore de la soirée


500 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout